Les inondations, de par leur caractère catastrophique, ont un fort impact psychologique sur les populations sinistrées en plus des pertes matérielles. Même les personnes averties peuvent être en état de choc lorsque les eaux souillées et boueuses touchent leur intimité, leurs proches, les biens auxquels ils sont sentimentalement attachés. Ces impacts et leurs conséquences sont très largement véhiculés par les médias et les réseaux sociaux. Cependant, les moyens de prévention sont méconnus voire peu proposés.

 

Pour tout territoire exposé à des inondations, différentes solutions peuvent être envisagées afin de lutter contre ce risque ou de se préparer aux conséquences potentielles d’une inondation sur ce secteur : les collectivités se préparent au mieux à affronter la crise, informent leur population, des ouvrages peuvent être construits afin de limiter les hauteurs atteintes… Ces moyens, certes efficaces, n’exonèrent pas totalement le territoire de l’inondation. C’est pourquoi il est possible d’agir sur d’autres leviers de la prévention : adapter les bâtiments situés directement en zone inondable.

 

Il convient de distinguer le dommage au bâtiment (cloisons, réseaux) et au mobilier, du temps de retour à la normale (attente des artisans, des pièces, etc.). En effet, en cas de crue généralisée (crue de tout le bassin de l’Oise ou pire, du bassin de la Seine dont l’Oise est un affluent), la réparation post-crue peut être très compliquée du fait d’une carence totale, soit de main d’œuvre (artisans, électriciens, plaquistes, etc.) soit de fournitures (chaudières, brûleurs, compteurs électriques, etc.) du fait d’une demande ponctuelle, exceptionnelle au regard des stocks.

 

Avant de faire un descriptif détaillé des techniques d’adaptation, il est important de rappeler certaines mesures qui relèvent du bon sens. Par exemple, les cuves à fioul doivent être ancrées et les évents rehaussés pour éviter qu’une cuve partiellement remplie ne flotte ou bascule et pollue de façon irréversible le local et plus généralement l’environnement.

 

maison