Les pluies ruissellent pour partie et s’infiltrent suivant les caractéristiques des sols. Lors de pluies très importantes, la saturation des sols finit par être atteinte et le ruissellement devient total, induisant des apports conséquents à la rivière et une masse d’eau très abondante qui ne peut plus s’écouler dans le seul lit mineur ; la rivière déborde. La crue est un phénomène naturel, elle est bénéfique à l’écosystème, elle recharge les nappes, elle maintient les zones humides et bénéficie aux milieux aquatiques, notamment par la remise en eau des annexes comme les frayères.

 

La présence d’enjeux dans le lit majeur constitue un risque : une crue d’une amplitude suffisante va inonder le secteur à enjeux et provoquer des dégâts. Le risque est bien la présence d’enjeux dans une zone inondable, et non la survenance d’une catastrophe naturelle dans une zone urbaine. C’est pourquoi les politiques de lutte contre les inondations doivent se limiter à réguler les crues moyennes (au moins décennales), dès lors que l’urbanisation est totalement contrôlée par des Plans de prévention des risques d’inondation (PPRI).

 

D1-inondation_SCHRYVE