Eaux pluviales

Ruissellement provoqué par des précipitations, notamment sur des surfaces urbanisées ou artificiellement imperméabilisées.

Les eaux pluviales se chargent en pollution par lessivage de la surface du sol, notamment après une longue période sans précipitation. Les eaux pluviales deviennent un enjeu de plus en plus important. Leur traitement devient indispensable : la pollution annuelle rejetée par temps de pluie pour une agglomération étant comparable à la pollution résiduelle rejetée par sa station d'épuration.    

Eaux souterraines

Toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol en contact direct avec le sol ou le sous-sol et qui transitent plus ou moins rapidement (jour, mois, année, siècle, millénaire) dans les fissures et les pores en milieu saturé ou non.    

Eaux superficielles

= eaux de surface. Toutes les eaux qui s'écoulent ou qui stagnent à la surface de la Terre.

Les eaux de surface concernent :

  • les eaux intérieures (cours d'eau, plans d'eau) à l'exception des eaux souterraines,
  • les eaux côtières et de transition.    

 

Ecosytème (biotope+biocénose)

L'écosystème est l'ensemble des phénomènes biologiques contribuant à l'évolution d'un milieu naturel.

L'écosystème est constitué par le biotope et la biocénose. Le biotope est l'espace où les facteurs physiques et chimiques de l'environnement restent sensiblement constants (une grotte, une mare...). La biocénose est l'ensemble des êtres vivants (animaux et végétaux) qui vivent dans le biotope.    

Ecoulement

Désigne tout mouvement de flux soumis à la gravité.

Un écoulement est une variation d’énergie. Il s’effectue du point d’énergie (charge hydraulique) le plus élevé vers le plus bas. L’écoulement peut être surfacique lorsqu’il a lieu en surface (on parle aussi de ruissellement), hypodermique lorsqu’il a lieu dans le sol ou souterrain. Il dépend toujours de la perméabilité et de la saturation de la roche sur laquelle il a lieu

 

Ecrêtement des crues

Action consistant à limiter le débit de pointe d'une crue, soit par stockage dans un ouvrage spécifique, soit par extension des zones d'expansion des crues.

Elément de qualité

Elément servant à évaluer l'état écologique. Ces éléments peuvent être de nature biologique, hydromorphologique ou physico-chimique.    

Elément nutritif

Elément indispensable à la vie végétale. On entend par éléments nutritifs ceux qui favorisent la croissance.    

 

Encombres

Arbres tombés tout ou en partie dans la rivière entravant plus ou moins le lit et contre lesquels peuvent venir s'accumuler bois dérivant et déchets divers.    

 

Endommagement

L'endommagement d'un bien exprime le rapport entre la valeur des dommages et la valeur totale du bien exposé (immobilier et mobilier).    

Enjeux écologiques

Objectifs d'atteinte d'un bon état des eaux, identifiés d'après l'état des lieux du district.   

 

Enjeux face à l’inondation   

Hommes, ensemble des biens, intérêts et valeurs socio-économiques susceptibles de subir des dégâts (santé, environnement, biens économiques, organisation de la société, valeurs...).

Enrichissement des milieux

Apport d'éléments nutritifs dans l'eau, provoquant les phénomènes d'eutrophisation (développement excessif d'algues).    

Entretien des cours d'eau

Ensemble d'actions courantes et régulières visant à conserver d'une part les potentialités de l'écosystème : biotope, habitat et reproduction des espèces ; écoulement des eaux dans certains tronçons ; divagation du lit ; filtration des eaux et d'autre part à satisfaire les usages locaux (navigation, loisirs, pêche paysages...) et à protéger les infrastructures et les zones urbanisées.    

 

Enrochements

Cette technique lourde consiste à ériger le long de la berge endommagée par l'érosion un "mur" en rochers d'épaisseur variable et de combler l'espace laissé vide par un matériau meuble, par exemple de la terre, du sable ou des graviers.

Entre les rochers et ce matériau, on place généralement un matériau géotextile ou un film plastique pour que la terre ne s'évacue pas par ruissellement (affouillement, renard...) de la berge vers la rivière.

Epis

Rétrécissant localement la largeur du lit d’étiage, cette technique végétale (pieux, saules, etc.) a pour effet de créer des microturbulences des écoulements hydrauliques (même par faibles débits) ; micro-turbulences favorables à la diversification des substrats (alternance et mosaïque de granulométries différenciées des matériaux du fond du lit).

 

EPTB

Etat Public Territorial de Bassin.

Désigne un groupement de collectivités territoriales qui coopèrent pour conduire des actions à l'échelle d'un grand bassin versant souvent interdépartementale voire interrégional, dans les domaines de l'aménagement et de la gestion des fleuves, des grandes rivières, et de leurs bassins versants.     

Epuration

Processus destiné à réduire ou à supprimer les éléments polluants contenus dans l'eau.

Ce processus s'effectue principalement dans les stations d'épuration. Elle peut également être naturelle, bien que plus lente (auto-épuration).    

Erosion

Phénomène d'entraînement des sols par la pluie, le vent et les vagues.    

Espace de mobilité

Ou fuseau de mobilité d'un cours d'eau.

Il est défini par l'arrêté du 24/01/2001 relatif à l'exploitation des carrières comme l'espace du lit majeur à l'intérieur duquel le lit mineur peut se déplacer. Il est évalué par l'étude d'impact en tenant compte de la connaissance de l'évolution historique du cours d'eau et de la présence des ouvrages ou aménagements significatifs, à l'exception des ouvrages et aménagements à caractère provisoire, faisant obstacle à la mobilité du lit mineur.    

Espèce exotique invasive

Espèce introduite (volontairement ou non) s'étant établie (pérennisation de sa population locale acquise grâce à sa reproduction in situ sans l'aide d'apports extérieurs) dans le milieu naturel (écosystème ou habitats naturels ou semi-naturels) hors de son aire géographique d'origine, où elle devient un agent de perturbation et nuit à la diversité biologique, suite à un fort accroissement de sa population (prolifération) et/ou de son aire de répartition.    

Espèce indésirable

Espèce envahissante (autochtone ou exogène) telle que les végétaux suivants :  Jussies (Ludwigia grandiflora, Ludwigia peploïdes), Myriophyle (Myriophyllum sp.) du Brésil,  Elodée du Canada (Elodea canadensis), etc.

 

Estuaire

Embouchure d'un fleuve en un seul bras qui va en général en s'élargissant quand on se rapproche de la mer.

Un estuaire est le siège de phénomènes particuliers dus à l'influence de la marée et à la présence de sel (coin salé).   

 

Etat chimique

Appréciation de la qualité d'une eau sur la base des concentrations en polluants incluant notamment les substances prioritaires.

L'état chimique comporte deux classes : bon et mauvais.    

 

Etat des lieux

Description de la situation actuelle du bassin hydrographique : caractéristiques chimiques, biologiques et hydrologiques, incidence de l'activité humaine sur les ressources en eau, analyse économique de l'utilisation de l'eau.    

 

Etat écologique

Appréciation de la structure et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques associés aux eaux de surface.

Il considère les critères de nature biologique (c'est-à-dire la présence d'êtres vivants) et physico-chimique (c'est-à-dire la quantité de pollutions "classiques").

L'état écologique comporte cinq classes : très bon, bon, moyen, médiocre et mauvais.    

 

Etiage

Basses eaux saisonnières habituelles d'un cours d'eau.    

 

Etude d'impact

Etude méthodique des conséquences du projet industriel ou agricole sur le paysage, les milieux naturels, le sol, l'air et l'eau, la faune et la flore, ainsi que les populations avoisinantes.    

 

Eutrophisation

Développement anarchique de végétaux (algues notamment) suite à des excès d'apports de substances nutritives essentiellement le phosphore et l'azote qui constituent un véritable engrais pour les plantes aquatiques.    

 

Evaporation

Phénomène physique, dû à l’ensoleillement, qui correspond à la perte d’eau au niveau du sol du fait de l’évaporation physique et de la transpiration des végétaux.

Exutoire

Point commun, le plus bas du réseau hydrographique, où s’évacuent les eaux soumises à un écoulement.

ABCDEFGH I JKLM

NOPQRSTUVWXYZ