Ralentissement dynamique

Se dit de l'atténuation de la vitesse de propagation des crues, voire de leur amplitude.

 

Récupération des coûts

Ce principe est aussi appelé "recouvrement des coûts", même si la "récupération" des coûts est le terme officiel de la directive.

La DCE fixe deux objectifs aux Etats membres en lien avec le principe de récupération des coûts : pour fin 2004, dans le cadre de l'état des lieux : évaluer le niveau actuel de récupération, en distinguant au moins les trois secteurs économiques (industrie, agriculture et ménages) et pour 2010 : tenir compte de ce principe, notamment par le biais de la tarification de l'eau. En revanche, la DCE ne fixe pas l'obligation de récupération totale.

 

Réduction à la source des émissions

Action de limiter les pollutions dans le processus de production (industrie, agriculture).

 

Réduction de la vulnérabilité

La réduction de la vulnérabilité consiste à prendre des mesures pour réduire les conséquences négatives des aléas naturels sur notre société. Les mesures et travaux de réduction de la vulnérabilité concernent principalement les vulnérabilités physiques (bâtiments et des installations) et systémiques (l'organisation du territoire, aux effets dominos et d'interdépendance) mais aussi sociales et économiques.

 

Régime d’écoulement (hydrologique)

Ensemble des variations, à toutes les échelles de temps, caractéristiques du débit d’un cours d’eau ou d’une source. On distingue plusieurs régimes d’écoulement d’un cours d’eau qui traduisent la variation saisonnière du débit dépendante des relations qui existent entre précipitations, climat et écoulement durant une année. Ainsi, on différencie le régime pluvial océanique, le régime méditerranéen, le régime glaciaire…

On parle spécialement de régime de crue lors de la période des hautes eaux, débit fort, et à l’inverse de régime d’étiage.

 

Réhabilitation

Ensemble d'opérations (réaménagement, traitement de la pollution, résorption, contrôles institutionnels) effectuées en vue de rendre un site adapté à un usage donné.

 

Rejet

Restitution d'eau à la rivière après usage. Le niveau de pollution du rejet dépend de la façon dont l'eau a été traitée. On parle de rejet industriel, de rejet ménager, de rejet agricole... suivant l'origine des eaux usées. On emploie quelquefois "effluent" dans le sens de rejet.

 

Renaturation

Intervention visant à réhabiliter un milieu plus ou moins artificialisé vers un état proche de son état naturel d'origine. La renaturation se fixe comme objectif, en tentant de réhabiliter notamment toutes les caractéristiques physiques du milieu ("reméandrage" d'une rivière recalibrée par exemple), de retrouver toutes les potentialités initiales du milieu en terme de diversité biologique, de capacité autoépuratrice etc...

 

Réponse hydrologique

Manière dont répond le bassin versant lors d’une sollicitation extérieure et particulièrement lors d’un événement météorologique.

 

Réseau de mesure

Dispositif de collecte correspondant à un regroupement de stations de mesure répondant à au moins une finalité particulière. Exemple : Réseau National des Eaux Souterraines, Réseau National de Bassin.

 

Réseau unitaire

Canalisation recevant les eaux usées et pluviales

 

Ressources en eaux

Ensemble des disponibilités en eaux de toutes origines, locales ou régionales, souterraines et superficielles. On parle aussi de "ressources hydrauliques".

 

Restauration

Le terme de restauration a été introduit dans le code rural par la loi du 2 fevrier 1995 (loi Barnier). Cela concerne l'ensemble des interventions sur le lit, les berges, la ripisylve et les annexes fluviales, nécessaires au fonctionnement physique et écologique du cours d'eau. La restauration n'a pas pour objet un retour à l'identique d'une situation antérieure mais s'inscrit dans l'évolution naturelle du lit et des berges. Elle est généralement rendue nécessaire soit par l'absence prolongée d'entretien, soit par une crue.

 

Retenue collinaire

Ouvrage de retenue d'eau de petite capacité construit souvent en terre compactée destiné à l'agriculture ou à des aménagements de loisirs.

 

Ripisylve

Formations végétales qui se développent sur les bords des cours d'eau ou des plans d'eau situés dans la zone frontière entre l'eau et la terre (écotones) ; elles sont constituées de peuplements particuliers du fait de la présence d'eau pendant des périodes plus ou moins longues (saules, aulnes, frênes en bordure, érables et ormes plus en hauteur, chênes pédonculés, charmes sur le haut des berges).

 

Risque d’inondation

Notion d’exposition au danger qui combine les aléas, c’est à dire lorsque des facteurs naturels atteignent des intensités exceptionnelles, et la vulnérabilité d’une zone estimée en fonction des biens économiques situés sur cette zone.

 

Risque majeur

Un risque majeur se définit comme la survenue soudaine et inopinée, parfois imprévisible, d’une agression d’origine naturelle ou technologique dont les conséquences pour la population sont dans tous les cas tragiques en raison du déséquilibre brutal entre besoins et moyens de secours disponibles.

Deux critères caractérisent le risque majeur : une faible fréquence et une énorme gravité.

On identifie 2 grands types de risques majeurs :

- les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation, mouvement de terrain, cyclone, séisme et éruption volcanique,

- les risques technologiques : industriel, nucléaire, biologique, rupture de barrage, transport de matières dangereuses,...

Un événement potentiellement dangereux ALÉA n’est un RISQUE MAJEUR que s’il s’applique à une zone où des ENJEUX humains, économiques ou environnementaux, sont en présence

 

Risques NABE

Se dit des masses d'eau dont l'état actuel est très éloigné des objectifs de qualité fixés pour 2015 et qui risquent de ne pas les atteindre.

 

Ruissellement

Ecoulement superficiel des eaux, sur les surfaces imperméables (zones urbaines et surfaces agricoles nues en hiver) qui parvient à l'exutoire sans avoir pénétré dans le sol. Ecoulement par gravité à la surface du sol, suivant la pente du terrain, des précipitations qui ont échappé à l'infiltration, à l'évaporation et au stockage superficiel et qui parviennent au cours d'eau ou qui se rejoignent dans les eaux de surface (mers, lacs, étangs...).

ABCDEFGH I JKLM

NOPQRSTUVWXYZ