L’EPTB Oise-Aisne vous souhaite la bienvenue !

 

L'Entente est un syndicat mixte. Elle est reconnue établissement public territorial de bassin. Sa vocation :  la lutte contre les inondations et la préservation de l'environnement du bassin versant de l'Oise.

 

feuillepano

 

 

 Actualités

 

Un comité de pilotage concernant le PAPI Verse s’est déroulé mercredi 24 janvier 2018, à Noyon, en présence d’une vingtaine de personnes, représentants de l’état, financeurs et partenaires.

Les syndicats du Sausseron et de la Viosne sont confrontés comme beaucoup, à des questionnements sur leur devenir, la clarification de leurs compétences et l’évolution de leurs membres. De plus, la piste d’une fusion entre les structures de ces deux cours d’eau voisins, concernés par plusieurs EPCI à fiscalité propre communs, mérite d’être examinée.

Lors d'un précédent article, nous avons abordé la technique "résister" qui consiste à ne pas laisser l’eau rentrer dans un bâtiment. Cette technique n’est cependant pas adaptée à toutes les situations. Il convient donc de réfléchir à la possibilité de laisser rentrer l’eau dans l’habitation. Cette démarche, appelée technique "céder" joue sur l’adaptation du bâtiment et des matériaux utilisés au sein de ce bâtiment pour limiter au maximum les dégâts et rendre le nettoyage plus facile après la crue.

Les agents des services de l’Entente et de la Communauté d’agglomération de Cergy Pontoise (CACP) se sont rencontrés, lundi 22 janvier. Les agents ont visité les ouvrages relevant de la compétence de prévention des inondations (PI) et ont parcouru les secteurs de Jouy-le-Moutier concernés par des problématiques de ruissellement. Cette démarche est déclinée avec tous les EPCI susceptibles d’adhérer à l’Entente pour estimer les programmes de travaux à venir et identifier le patrimoine transférable.

Aujourd’hui nous abordons la première solution, la plus évidente et que chacun privilégie naturellement : il s’agit d’éviter par tous les moyens que les eaux de l’inondation ne rentrent dans le bâtiment. Cette démarche est communément appelée « technique résister ».

En cette période de montée (limitée) des eaux, et tandis que nous mettons en ligne l’histoire de l’Entente dont la dynamique actuelle a été impulsée par la crue de décembre 1993, il est de circonstance de revenir sur cet épisode qui reste sensible pour beaucoup.

Les inondations, de par leur caractère catastrophique, ont un fort impact psychologique sur les populations sinistrées en plus des pertes matérielles. Même les personnes averties peuvent être en état de choc lorsque les eaux souillées et boueuses touchent leur intimité, leurs proches, les biens auxquels ils sont sentimentalement attachés. Ces impacts et leurs conséquences sont très largement véhiculés par les médias et les réseaux sociaux. Cependant, les moyens de prévention sont méconnus voire peu proposés.

Une réunion publique a été organisée jeudi 18 janvier, en présence de Thibault Delavenne, maire de Guiscard, de Joël Cottard, maire de Berlancourt, de Dany Arbogast et de Jean-Luc Poette du SIAE, de Donovan Swaenepoel du bureau d’étude Ingetec et de l’Entente Oise-Aisne. Cette réunion publique concernait l’avancement du PAPI de la Verse. Un point global a pu être effectué auprès des 54 habitants ayant fait le déplacement.

Hier nous examinions le caractère gemapien des ouvrages de régulation des crues de l’Entente et le caractère transférable de ceux-ci dès lors que l’EPCI concerné par l’emprise d’un ouvrage conserverait la compétence de prévention des inondations (PI).

L’Entente Oise-Aisne a acquis les anciens bassins de la sucrerie de Vic-sur-Aisne en vue d’en faire un système de casiers d’écrêtement des crues. Les caractéristiques mécaniques des matériaux et leur comblement partiel vont obliger à terrasser l’ensemble du site. Une évaluation environnementale est donc nécessaire.

L’Entente, au titre des départements qui en ont été les membres historiques, a réalisé deux ouvrages d’écrêtement des crues, l’un à Proisy (02) sur l’Oise amont, l’autre à Longueil-Sainte-Marie (60) sur l’Oise canalisée. Ces deux ouvrages ayant la vocation unique de lutte contre les inondations, ils relèvent totalement de la compétence GEMAPI de sorte qu’ils sont transférables aux EPCI qui doivent naturellement en devenir les gestionnaires non propriétaires, comme pour les digues de protection.