L’EPTB Oise-Aisne vous souhaite la bienvenue !

 

L'Entente est un syndicat mixte. Elle est reconnue établissement public territorial de bassin. Sa vocation :  la lutte contre les inondations et la préservation de l'environnement du bassin versant de l'Oise.

 

feuillepano

 

 

 Actualités

 

Dès la création de l’Entente en 1968, l’Etat propriétaire et l’Entente conviennent d’une répartition des travaux d’entretien des rivières domaniales non navigables Oise et Aisne. Quelques années plus tard, l’Entente devient le seul maître d’ouvrage et reçoit les aides financières de l’Etat et de l’Agence de l’eau. La maîtrise d’œuvre est assurée par le Service de la navigation de la Seine (SNS) qui propose le programme annuel de travaux à l’assemblée de l’Entente qui le valide puis le met à exécution.

L’Oise, en amont d’Hirson, ressemble à un chapelet d’étangs. Des digues retiennent des plans d’eau, la plupart privés, à des vocations de loisirs. Construits pour des raisons industrielles, ils rentrent aujourd’hui dans la réglementation des ouvrages hydrauliques.

Suite au constat alarmant qu’environ un tiers du patrimoine national des digues de protection contre les inondations était orphelin de tout propriétaire et de tout gestionnaire, la compétence GEMAPI a créé la notion de gestionnaire de digues sans en être propriétaire. Les responsabilités du gestionnaire sont décrites dans le décret 2015-526 du 12 mai 2015 relatif aux règles applicables aux ouvrages construits ou aménagés en vue de prévenir les inondations et aux règles de sûreté des ouvrages hydrauliques.

L’Entente Oise-Aisne élabore le projet de Plan d’actions de prévention des inondations (PAPI) de la vallée de l’Oise. Une réunion technique était organisée vendredi 12 janvier, rassemblant 27 représentants des acteurs du territoire, à Compiègne.

Par arrêté du 28 décembre 2011, le préfet de l’Oise a lancé la révision du PPRi de la confluence Oise Aisne (de Ribécourt-Dreslincourt à Choisy-au-Bac et de Bitry à Compiègne). Mais à l’automne 2017, une contestation locale a compliqué la démarche, pour plusieurs raisons. Tout d’abord l’aléa (l’étendue de la zone inondable) est beaucoup plus important qu’auparavant et la prise de conscience du risque est douloureuse. Il est en effet difficile d’expliquer qu’un événement réputé centennal (une "chance" sur cent chaque année) augmente subitement de 50 cm à 70 cm.

Un jeu de l’oie intitulé « Crue et d’eau » à destination des enfants de 7 à 12 ans, a été réalisé par l’Entente Oise-Aisne en 2017. L'illustrateur Claude Guillon s'est chargé de dessiner tous les dessins des cartes, du plateau et de la boîte.

La politique de prévention des risques naturels fait l'objet d'un soutien financier via un fonds dédié, nommé Fonds de prévention des risques naturels majeurs (FPRNM) alimenté par un prélèvement sur l'ensemble des contrats d'assurance (contribution réglementaire "catastrophes naturelles"). Les aides sont accordées par l'Etat pour diverses actions, essentiellement pour accompagner les projets des collectivités et dans une moindre mesure pour conforter les digues domaniales, procéder à des acquisitions amiables et financer les études pour élaborer les PPR.

La Nonette, affluent de l’Oise, a été profondément rectifiée pour amener l’eau au château de Chantilly. Elle est perchée sur la partie aval de son cours, de sorte qu’elle ne chemine pas en fond de vallée mais sur le flanc de celle-ci. Une digue très ancienne tient la rivière pour éviter qu’elle ne retourne à son lit historique. En cas de crue, un déversoir, sur la commune de Senlis, envoie l’excès d’eau dans le Saint-Urbain, petit cours d’eau qui occupe ledit fond de vallée.

Avant que les travaux du Pont de décharge de Pontoise-lès-Noyon ne soient entrepris, la route départementale franchissant l'Oise créait un goulot d'étranglement, accentuant les crues en amont au détriment des habitants de Varesnes et Pontoise-lès-Noyon. Les crues successives avaient amené les gestionnaires à rehausser les routes pour les maintenir hors d'eau, constituant ainsi sans le mesurer, des ouvrages de rétention...

Les prochains Comités syndicaux de l'Entente Oise-Aisne se dérouleront le mardi 27 février à 9h30, à Laon (02) et le mardi 20 mars à 9h30, à Laon également.

Valentine Chatel est ingénieure des travaux de la météorologie à Météo-France. Elle était présente à la journée de sensibilisation à l'adaptation climatique, le 5 décembre de Nogent-sur-Oise où elle intervenait.